Yannick Loyer

FullSizeRender-1

Musicien autodidacte et chanteur baryton, Yannick Loyer s’est formé auprès de Barbora Prechova, Boris Cholewka, Iegor Reznikoff, Catherine Braslavsky, Anass Habib et Franck Kane. Au cours de ses années de formation, il arpente des chemins aussi variés que passionnants qui l’emmènent à la rencontre des chants traditionnels et sacrés. Il fait escale, en profondeur, au sein de certains pans de l’histoire de nos civilisations. C’est ainsi qu’il explore les chants de traditions syro-maronites, melchites, arabo-andalous, slaves, des peuples premiers d’amérique, mais aussi les chants romans du 9ème siècle, découvrant ainsi l’étendue dans tous les domaines de la vie, du phénomène de la vibration qu’il nomme « Vibratsia ».

De 2010 à 2014, le quatuor Cantilam (chants sacrés du monde, un souffle poétique entre Orient et Occident) et le duo Serdienko (chants populaires tchèques, slovaques, ukrainiens et russes) permettent son envol dans l’expérience du partage avec des oreilles attentives. Il s’implique alors fortement dans le processus de création du disque « Oliban ». Il anime également l’audacieuse Vibratsia Chorus, chorale en direct sur les ondes radiophoniques de RDWA.

Yannick et TchanguriC’est au cours de l’un de ses derniers voyages que se sont dessinés les contours de son exploration musicale actuelle. En 2014, en Géorgie, il apprend les chants traditionnels et orthodoxes de Mingrélie, avec « Bouba et Devot », élèves de Polycarpe Xubulava, puis les chants d’inspiration soufi d’Aznash Ensemble, un groupe de femme tchétchènes dont il s’occupe par ailleurs de la promotion.

Les voyages de collecte sont devenus une tradition : l’occasion de cultiver et d’approfondir des liens avec les cultures des minorités du Proche-Orient, et de se faire le passeur de toute une culture de chants traditionnels et sacrés peu connus et très diversifiés, dont l’énergie singulière est souvent surprenante.

img_2655

Vous pouvez laisser un commentaire